Skip to content

Si tu viens me voir en Picardie…

13/05/2012

Si tu viens me voir en Picardie, poème de Mathilde Tuyet Tran France 2006, illustration de Tran Minh Khoi, Berlin

Si tu viens me voir en Picardie…

sur ce paradis terrestre de collines vertes érodées,
des champs en ligne droite jusqu’à l‘horizon,
le ciel est bleu, les nuages blanc coton,
le vent évente tout doucement
des vaches fainéantes couchées en tas
sous l‘ombre du vieux chêne vert,
le pivert travailleur pique les vers,
nettoie les troncs d‘arbre,
un temps de paix couvre le temps
des deux grandes guerres d‘enfer.

Si tu aimes le printemps,

viens en mars ou avril,
le chaud soleil réveille le monde,
les hirondelles reviennent du sud,
et tous les oiseaux donnent un concert au petit matin,
toutes les fleurs champêtres colorent mon sol,
mais n‘oublie pas une veste bien chaude
la rosée matinale est parfois fraîche.

Si tu aimes l‘été,

depuis juillet on récolte et on cueille
hâtivement et sans répit,
les champs changent de couleurs
pour nourrir le monde,
les bottes de pailles brillent comme de l‘or,
le lin coupé couché par terre,
les mirabelles vont faire la bonne goutte,
les derniers brins de colza jaune brillant frémissent,
les gens glanent sur les champs de patate.

Si tu aimes l‘automne,

rendez-vous en octobre dans la forêt
sous les couronnes de feuilles mortes, d‘or et de rouille,
volent au vent comme la pluie,
craquent sous les pieds le long du chemin,
au détour du bois, un chevreuil s‘étonne,
en entendant les tirs de la chasse,
les engins monstrueux sillonnent la terre épuisée,
retournée pour le prochain été.

Si tu aimes l‘hiver,

février glacial jusqu’à la moelle,
les nuits longues se prolongent
pour que milles étoiles
brillent milles étincelles
sur le ciel noir et bleu
couvert de neige blanche cruelle.
Les vieux amants paysans
ridés, édentés, cheveux poivre et sel
t‘offriront le sanglier grillé au feu de bois
sur lit des petits pois aux lardons fumés
avec du pain, du boursin, et du vin
pour te faire ivrogne malin.

Si tu viens chez moi,

prend la guitare dans le coin
chante une mélodie d‘antan
Amour déplacé, amour trompé,
amour cassé, amour galvaudé,
suit l‘amour, l‘amour fuit,
fuit l‘amour, l‘amour suit,
amour qui construit la vie…

© Mathilde Tuyet Tran, France 2006

Les commentaires sont fermés.